Comment l’industrie textile peut aider les pays à se remettre de la Covid-19 ?

• Le secteur du textile et du vêtement peut créer des emplois et stimuler l’industrialisation dans les pays à mesure qu’ils se rétablissent de la Covid-19.
• Cependant, pour tirer le meilleur parti de cette opportunité, les pays devront créer de nouveaux partenariats et se donner de nouvelles approches.

La pandémie de la Covid-19 a provoqué une crise sanitaire publique sans précédent qui a exercé un choc externe sur l’économie mondiale. Malgré cette contraction, l’industrie du textile et du vêtement pourrait être le moteur de croissance et d’emploi dans certains pays.

L’opportunité du textile et du vêtement

Les pays qui se rétablissent de la Covid-19 ne devraient pas ignorer l’industrie du textile et du vêtement. Celle-ci est considérée comme un secteur de démarrage sur la voie de l’industrialisation. A mesure que l’industrie se développe, elle commence à constituer la base en capital nécessaire aux industries plus exigeantes en termes de technologie. En fait, le secteur du textile et du vêtement peut jouer un rôle essentiel dans les stratégies de croissance et de développement de nombreux pays en développement.

Le marché mondial de l'industrie du textile et du vêtement représentait une valeur de détail de 1,9 billion de dollars des Etats-Unis en 2019 et devrait atteindre 3,3 billions en 2030, avec un taux de croissance annuel composé de 3,5 %. Les projections d’avant la Covid-19 prévoyaient que la croissance démographique, la hausse des niveaux de revenu disponible et l'urbanisation rapide dans les pays en développement stimuleraient probablement la demande à l’avenir.

Les exportations en textiles et vêtements constituent une part importante du total des exportations dans un certain nombre de pays : 85 % au Bangladesh, 59 % au Pakistan, 12 % en Turquie et 11 % en Égypte. Toutefois, si de nombreux pays sont bien placés dans la phase de production des matières premières de la chaîne de valeur du textile et du vêtement, ils ne jouent qu’un rôle limité en l’absence d’un rôle dans la vente au détail (marketing, branding et vente). Ainsi, ils ont un potentiel qui attend d’être débloqué, propre à permettre de tirer parti des marchés mondiaux.

De plus, l’industrie textile offre une opportunité spéciale pendant la pandémie en termes d’emplois. Ce secteur à forte intensité de main-d’œuvre emploie des millions de personnes et la part de l’emploi dans le secteur par rapport au total de la main-d’œuvre de fabrication dans les pays membres de la banque est conséquente.

Les cinquante-sept pays membres de la BID en bénéficieraient particulièrement car ils représentent conjointement le pouvoir d’achat de près d’un quart de la population mondiale. Avec des taux de croissance du PIB allant jusqu’à 8 % par an, les économies des pays membres ont un potentiel considérable pour accroître encore leur part de marché dans l'économie mondiale.

Investissements stratégiques

Ceux qui investissent dans le marché du textile et du vêtement pourraient tirer des avantages économiques tangibles d’investissements ciblés. Les fibres durables et recyclées représentent l'une de ces opportunités, car elles sont sur le point de remplacer les matières premières à forte intensité de ressources à un rythme croissant. De plus, les textiles techniques et intelligents représentent un énorme potentiel ; ils peuvent être utilisés dans plusieurs industries telles que l’automobile, la construction et l’équipement médical.

Les technologies émergentes, déjà transformatrices, continueront à façonner le secteur du textile et du vêtement. Les applications de données, l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique et l’impression 3D sont des exemples de technologies qui permettent d’améliorer les processus de conception de produits, de réduire le temps, de déboucher sur les machines de découpe laser, les robots de couture et la nanotechnologie. Par ailleurs, la Covid-19 a révélé la nécessité de la technologie de chaîne de blocs pour créer la transparence et permettre la traçabilité tout au long de la chaîne d’approvisionnement, offrant d’autres opportunités sur le marché.

La Covid-19 pourrait également alimenter le passage à la délocalisation de proximité, ce qui assurerait la proximité des usines de leurs marchés de vente finaux. En outre, les grandes firmes rechercheront des partenariats stratégiques avec des fournisseurs de premier plan pour répondre à la demande et réduire le temps. La structure du marché future sera principalement déterminée par la situation géographique d’un pays donné et la capacité de son industrie du textile et du vêtement à fournir une production rentable, des compétences compétitives, des produits de qualité et un temps d’exécution approprié.

Perspectives

Les pays doivent agir rapidement et stratégiquement pour relancer et restructurer leurs économies. A défaut, les écarts existants en matière de richesse, de technologie et de productivité à travers les frontières vont se creuser davantage.

Pour opérer ces changements, il est nécessaire de mener des actions tactiques, notamment le renforcement et l’élargissement des capacités de transformation, la réduction du déficit d’infrastructure, le développement de capacités de production de textiles et de vêtements durables, et le renforcement de l’image externe du pays en tant que destination de choix pour l’industrie du textile et du vêtement.

De telles actions nécessiteront également la collaboration entre plusieurs acteurs. Pour le textile et le vêtement, la collaboration avec des associations industrielles dans et entre les pays et les projets conjoints avec les universités peuvent renforcer l’échange de connaissances et favoriser l’innovation. Les partenariats avec des marques et des maisons de tricot ou des ateliers de tissage peuvent également favoriser une intégration plus verticale des entreprises. Cette collaboration peut générer une valeur ajoutée plus élevée dans les pays et offrir un fort retour sur investissement.

À cette fin, la BID s’est fixée des objectifs clairs pour mobiliser les investissements public et privé en faveur de ses cinquante-sept pays membres afin d’alimenter leur développement économique et social et de favoriser la compétitivité des industries clés liées au marché mondial. A titre d’exemple, la BID est en train de créer une plateforme pour ses pays membres afin de rallier un éventail de parties prenantes et opérer des changements clés, notamment au titre des relations commerciales et d’investissement accrues, des accords de cofinancement avec les secteurs public et privé, des banques multilatérales de développement et d'autres organisations internationales, et de renforcement de la participation du secteur privé aux interventions de développement.

Surmonter les obstacles engendrés par la pandémie et le rétablissement ne sont pas une mince bataille ! De nouvelles relations de collaboration et approches de nature à apporter une valeur ajoutée aux économies sont nécessaires. De même, les pays et les entreprises qui peuvent s’adapter à de nouveaux changements et à de nouvelles relations récolteront le plus d’avantages à moyen et long terme et seront les plus résilients à toute crise d’envergure à l’avenir.