La BID, Leader incontesté sur le marché des capitaux islamiques avec 33 milliards USD de Sukuk émis

L’objectif de l’émission des soukouk est de réduire la dépendance de la banque à l’égard de- ses ressources propres

La préservation depuis des années de la plus haute note de notation « AAA » de la part des trois grandes agences de notation - par la banque grâce à l’adéquation de ses fonds propres, sa performance financière et son portefeuille de projets, a largement contribué à la demande accrue des Sukuk émis par la banque.

Les émissions de Sukuk de la banque contribuent au développement des marchés financiers islamiques
  • L’objectif de l’émission des soukouk est de réduire la dépendance de la banque à l’égard de- ses ressources propres 
  • La préservation depuis des années de la plus haute note de notation « AAA » de la part des trois grandes agences de notation - par la banque grâce à l’adéquation de ses fonds propres, sa performance financière et son portefeuille de projets, a largement contribué à la demande accrue des Sukuk émis par la banque.
  • Les émissions de Sukuk de la banque ​​contribuent au développement des marchés financiers islamiques

Dr Bandar Hajjar, Président de la Banque islamique de développement, a déclaré que la valeur des Sukuk émis par la banque depuis sa première émission en 2003 jusqu’au 30 juin 2020, s’élèvent à environ 33 milliards USD dont plus de 20 milliards sont en circulation. Il a ajouté que la banque cherche constamment à se mettre au diapason des marchés de capitaux pour répondre aux besoins des investisseurs mondiaux, qui ne cessent d’évoluer.

Le président a souligné le passage qu’ont connu les financements de la banque, lesquels étaient axés sur les ressources en capital de celle-ci avant de s’orienter vers les ressources mobilisées des marchés de capitaux mondiaux. C’est dans ce cadre qu’un programme de Sukuk à moyen terme, 1 milliard USD, a été élaboré initialement. Depuis, sa taille n’a cessé d’évoluer, pour s’établir à 25 milliards USD actuellement. Il s’agit d’un programme qui permet d’émettre des Sukuk régulièrement pour mobiliser des ressources sur les marchés de capitaux. Le programme est noté AAA, la note la plus élevée, des trois agences de notation mondiales (Standard & Poor's, Moody's et Fitch). Il est actuellement coté à la bourse de Dublin, Nasdaq Dubaï et la bourse de Malaisie (sous le régime d’exemption), et ce à des fins de négociation de transaction financières. Les notes de crédit excellentes de la banque et de ses programmes de Sukuk se sont traduites par l’augmentation de la confiance qu’ont les investisseurs en la banque qui s’est imposée comme l’un des principaux émetteurs de Sukuk compatibles avec la charia dans le monde islamique. Ainsi, la note de crédit élevée (AAA) obtenue par la banque grâce à l’adéquation de ses fonds propres, sa performance financière et son portefeuille de projets, a largement contribué à la demande accrue sur ses Sukuk.

Dr Hajjar a ajouté que l’une des missions de la banque sur les marchés financiers est de promouvoir le secteur de la finance islamique et d’appuyer l’expansion des marchés financiers islamiques - deux secteurs dont l’essor- est encouragée à la faveur des multiple Sukuk de référence émis par la banque. Il a déclaré que la banque joue un rôle de premier plan dans la promotion du développement des marchés de capitaux grâce à des émissions périodiques. Le président a indiqué que parmi les objectifs de la banque qui s’est imposée en leader sur le marché des Sukuk figurent (a) la mise en place d’une courbe intégrée des revenus des émissions, (b) la consolidation de l’image de la banque sur les marchés de capitaux par l’adoption d’un indice de référence pour les émissions des banques de développement, et (c) l’expansion de la capacité de mobilisation des ressources pour financer les projets de développement dans les pays membres de la banque.

Au sujet des secteurs de développement les plus importants auxquels la banque apporte son appui au titre du programme des émissions de Sukuk, le président a déclaré que la banque émet des Sukuk pour financer ses différentes interventions de développement, notamment le financement des projets à moyen et long terme dans les pays membres, le financement de divers secteurs tels que l’agriculture, l’infrastructure, l’énergie, la santé et les science-technologie-innovation. Ces dernières années, la banque met davantage l’accent sur les Objectifs de développement durable qui font partie intégrante de ses différentes activités de développement. 

Dr Hajjar a qualifié la structure des Sukuk de la banque, qui est compatible avec la charia, de structure « adossée aux actifs » qui repose sur le contrat d’agence d’investissement. La structure répond également aux conditions prévues par la charia en termes de négociation et d’inscription en bourse. 

Dr Hajjar a souligné l’importance de sensibiliser les investisseurs mondiaux au programme des Sukuk de la banque. Il a souligné le rôle vital du programme qui permet de mobiliser les ressources nécessaires au développement conformément aux exigences de la charia. A l’instar des banques multilatérales de développement, la banque mène des campagnes de sensibilisation régulières pour faire connaître ses Sukuk au monde entier, notamment les banques centrales et les investisseurs intéressés par des instruments notés triple A. Les efforts que déploie la banque à cet égard ont contribué à élargir la base d’investisseurs dans les Sukuk et renforcé leur achat sur différents marchés à travers le monde.

Il convient d’indiquer que les Sukuk de la banque reçoivent un traitement similaire au traitement des émissions d’autres banques de développement. Ainsi, la banque est reconnue comme : 

  1. Une institution de développement multilatérale à zéro risque par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire et la Commission des Communautés européennes ; 
  2. Un émetteur noté en qualité de banque multilatérale de développement par la Banque centrale européenne ; 
  3. Un émetteur dont les Sukuk sont notés à zéro risque par l’Autorité bancaire européenne ; 
  4.  Une institution dont les Sukuk constituent un instrument de crédit noté élevé, propres à être utilisés comme garantie de haute qualité, par la Banque d'Angleterre ; 
  5. Une institution dont les Sukuk sont un instrument financier hautement liquide, par l’instance de régulation du secteur financier britannique (Financial Conduct Authority).

Dr Hajjar a expliqué que le nouveau modèle d’entreprise de la banque estime qu’il est nécessaire de tirer profit des innovations dans la finance islamique dans l’appui des efforts que déploient les pays membres pour atteindre les Objectifs de développement durable. Soucieuse d’inclure des Objectifs de développement durable dans ses interventions, la banque a structuré son « financement du développement durable » conformément aux principes des obligations vertes, des obligations de développement et des obligations durables posés par l’ICMA (Association internationale des marchés de capitaux). Cette structure est la base sur laquelle la banque s’appuie dans ses émissions de Sukuk durables, verts, de développement social, etc. pour mobiliser les fonds nécessaires au financement de projets précis qui appuient les Objectifs de développement durable dans les pays membres. Il a indiqué que la structure a été revue et évaluée par des centres spécialisés dans la recherche sur le climat et l'environnement en occurrence CICERO qui est base en Norvège ; et a reçu une note de « vert moyen » qui correspond à la note d'institutions similaires à la banque, telles que la Société financière internationale, le groupe allemand KfW et la Banque africaine de développement.

Le président a ajouté que la banque a émis ses premiers Sukuk verts dans le cadre de la structure ci-dessus en novembre 2019 afin de mobiliser 1 milliard d’euros. Le produit a été utilisé pour financer des projets liés aux changements climatiques et des projets verts dans les pays membres. Il s’agit notamment de projets d’énergies renouvelables, de transport respectueux de l’environnement, d’efficience énergétique, de lutte contre la pollution, de la gestion durable des ressources naturelles, d’aménagement des sols, de la gestion durable des eaux et de l’assainissement. Ces Sukuk verts ont été les premiers à recevoir la notation AAA sur les marchés de capitaux mondiaux. 

Le Président de la BID a indiqué qu’avec l’émergence de la pandémie de la COVID-19, la banque a lancé en juin 2020 ses premiers Sukuk de durabilité afin de lever jusqu’à 1,5 milliard USD qui a vu l’appui d’un large éventail d'investisseurs pour financer des projets sociaux dans les pays membres touchés par la pandémie. 

Le produit de l’émission sera utilisé pour financer des projets de renforcement des systèmes de soins de santé (ODD 3) et d’appui à la création d’emplois (ODD 8) dans les pays membres. Ces Sukuk étaient les premiers à être émis en réponse à la pandémie de la COVID-19 sur les marchés de capitaux mondiaux. Ils ont encore une fois réaffirmé la position de leader de la banque sur le marché des Sukuk. 

Le Président de la BID a conclu en soulignant que la première émission de Sukuk de la banque remonte à 2003, il y a dix-sept ans de cela. Ce fut une émission indépendante qui a permis de lever 400 millions USD. Depuis 2009, la banque a commencé à émettre des Sukuk de façon continue. Il a ajouté que la banque s’emploie à élargir sa base d'investisseurs, en entrant dans de nouveaux marchés, en ciblant de nouvelles devises, et en créant des instruments qui accompagnent l’évolution des marchés de capitaux, notamment des instruments liés à la réalisation des Objectifs de développement durable.