Où nous travaillons

Les réalisations de la BID sont visibles à travers le monde, ses activités étant réparties dans quatre régions majeures : Moyen-Orient et Afrique du Nord, Asie et Amérique Latine, Europe et Asie centrale, et Afrique subsaharienne.

Au-delà de nos pays membres, nous apportons également un soutien aux communautés musulmanes dans les pays non membres, y compris ceux touchés par les conflits et les catastrophes naturelles. En somme, notre travail touche la vie d'une personne sur cinq dans le monde.

 

Asie et Amérique Latine

En termes de population, l’Asie et l’Amérique latine constituent la plus grande des quatre régions d'intervention de la BID, avec près de 700 millions de personnes à soutenir.

Il existe un large éventail de niveaux de revenu dans la région, de sorte que beaucoup de pays sont des pays à faible revenu, et le reste des pays à revenu intermédiaire ou élevé. Cette situation engendre un certain nombre de défis uniques et divers.

Les défis à court terme des pays appartenant à cette région vont du maintien de la dynamique de croissance et du renforcement de la stabilité fiscale et financière à la gestion des sorties de capitaux, la sécurité alimentaire et la réduction des inégalités de revenu.

L'objectif à moyen et long termes est d’aider à promouvoir une croissance plus soutenue et plus inclusive, à construire des infrastructures qui contribueront à accroître la productivité, à faire face au risque de changement climatique et aux crises environnementales et à promouvoir le développement des petites et moyennes entreprises (PME).

 

Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA)

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA) est la troisième plus grande région en termes de population, avec plus de 420 millions d'habitants.

Les niveaux de revenu sont disparates, avec des pays à revenu élevé comme l’Arabie Saoudite ou le Bahreïn qui bénéficient d’économies dominées par le pétrole, en contraste avec d'autres pays à revenu faible comme le Yémen.

À l'instar de l'Europe et de l'Asie centrale, les pays membres de cette région sont confrontés à des défis divers et multiples. À court terme, il est impératif de soutenir la croissance économique, d'endiguer les grands déficits budgétaires et de la balance des paiements et de renforcer la résilience aux chocs extérieurs. À moyen et long termes, la région doit améliorer sa compétitivité et diversifier sa base de production et ses exportations, résoudre le chômage des jeunes et promouvoir l’intégration régionale.

 

Afrique Subsaharienne

L'Afrique subsaharienne est la deuxième plus grande région en termes démographiques, avec près de 500 millions d'habitants.

La région possède le revenu par habitant le plus faible des quatre régions, et seuls le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon et le Nigeria sont considérés comme des pays à revenu intermédiaire, le reste des pays étant à faible revenu.

Si des progrès significatifs ont été réalisés dans la réduction de la pauvreté depuis 2000, elle demeure néanmoins très répandue. La région est confrontée à un déficit d’infrastructure énorme, le climat d’investissement et l’environnement réglementaire sont insuffisants, et la gouvernance et les capacités institutionnelles souffrent encore de sérieuses lacunes. Sur les 16 pays au monde qui connaissent des situations «alarmantes» liées à la faim, cinq sont des pays subsahariens membres de la BID. Par conséquent, les défis à court terme de la région résident dans le maintien de la dynamique de croissance et le renforcement de la stabilité budgétaire, la réalisation de la sécurité alimentaire, le développement du secteur agricole et la lutte contre le chômage des jeunes. Les défis à moyen et long terme concernent le développement du capital humain ainsi que des infrastructures.

 

Europe et Asie Centrale

L'Europe et l'Asie centrale sont la région la moins peuplée des quatre régions, avec environ 161 millions d'habitants.

Les pays membres de la région font face à un ensemble de défis divers en raison de leurs contextes historiques et de leurs positions géopolitiques différentes. En conséquence, la stabilité à court terme apparaît cruciale, et les défis à surmonter consistent notamment à renforcer la résilience aux chocs extérieurs, à améliorer la stabilité budgétaire, financière et politique, à résoudre l’insécurité alimentaire et à réduire les inégalités de revenu.

À moyen et long terme, les pays de cette région doivent renforcer leurs infrastructures transfrontalières afin de promouvoir le commerce avec les pays membres enclavés. Ils devront également favoriser une croissance inclusive et créer des emplois pour les jeunes. Les autres défis à relever par ces pays consisteront à réduire leur dépendance économique des ressources naturelles, à renforcer la coopération régionale en aplanissant les obstacles au commerce régional, et à stimuler les PME.