Le 29 septembre 2016, la BID et ses partenaires de développement ont lancé le Fonds Lives et Livelihoods (LLF) qui est doté d’une enveloppe de 2,5 milliards de dollars des Etats-Unis.  C'est la plus grande initiative de développement de ce type au Moyen-Orient. Il est mis au service de nombreux pays membres. 

Les principaux donateurs du Fonds sont le Fonds de solidarité islamique pour le développement (FISD), la Fondation Bill et Melinda Gates, le Fonds du Qatar pour le développement, le Centre Roi Salmane d'aide humanitaire et de secours, et le Fonds d'Abu Dhabi pour le développement. 

À la fin de 2016, le Fonds avait mobilisé environ 400 millions de dollars des Etats-Unis de sa cible et 500 millions de subventions. 

AJOUTER LA VIDEO ICI

Le Fonds a un horizon de cinq ans et offre un accès unique au financement. Pour ce faire, il met en commun des ressources provenant de donateurs régionaux et internationaux sous forme de financements ordinaires de projet aux termes du marché avec l’objectif d’offrir un financement hautement concessionnel ciblant des sous-secteurs et des zones de projet jusque-là inaccessibles. 

Les principales cibles du Fonds sont les pays membres les moins avancés (PMMA), où vit la majorité des personnes démunies. Ce sont des pays ayant un besoin urgent d’assistance financière, mais qui ont des contraintes d’accès à l’emprunt en raison de leurs capacités de production limitées et/ou de conditions financières restrictives. 

La BID agit en tant que fiduciaire pour le compte du Fonds et a mis en place une unité de gestion pour coordonner les activités du Fonds. Les projets de développement sont traités conformément au cycle de projet de la BID une fois approuvés par le Comité d'impact du Fonds (Conseil du Fonds).

Qui gère le Fonds et qui en sont les bénéficiaires?

La BID est le fiduciaire du Fonds et l'unité de gestion du Fonds coordonne toutes ses activités. Les projets sont traités conformément au cycle de projet de la BID une fois approuvés par le Comité d'impact du Fonds.  

Qui vise le Fonds?  

Le Fonds travaille dans le cadre de la politique de viabilité de la dette du FMI, qui tient compte de la situation financière de chaque pays. Ce cadre régit l'emprunt des pays à faible revenu d'une manière qui corresponde à leurs besoins de financement et à leur capacité actuelle et future à rembourser leurs dettes.

Quels sont les secteurs ciblés?

La BID est le fiduciaire du Fonds et l'unité de gestion du Fonds coordonne toutes ses activités. Les projets sont traités conformément au cycle de projet de la BID une fois approuvés par le Comité d'impact du Fonds. 

Le Fonds travaille dans le cadre de la politique de viabilité de la dette du FMI, qui tient compte de la situation financière de chaque pays. Ce cadre régit l'emprunt des pays à faible revenu d'une manière qui corresponde à leurs besoins de financement et à leur capacité actuelle et future à rembourser leurs dettes.

Le Fonds permet aux pays membres les moins avancés de la BID de financer des projets qui aideront à sortir des millions de personnes de la pauvreté, en offrant 30% du financement sous forme de subventions et 70% sous forme de financement de la BID. Étant donné que les règles du FMI permettent aux pays à revenu intermédiaire inférieur d'emprunter aux taux pratiqués sur le marché, la Fonds offre des financements consistant d’une subvention à hauteur de 10% et d’un financement ordinaire de l’ordre 90% de la BID. Cette modalité rend les prêts considérablement moins chers pour les pays bénéficiaires.

Environ 95% des ressources du Fonds ciblent les pays les moins avancés et les pays à revenu intermédiaire inférieur de la BID. Ces pays sont l’Afghanistan, le Bangladesh, le Bénin, le Burkina-Faso, le Cameroun, le Tchad, les Comores, la Côte d'Ivoire, Djibouti, l’Egypte, la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau, l’Indonésie, la République kirghize, les Maldives, le Mali, la Mauritanie, le Maroc, le Mozambique, le Niger, le Nigeria, le Pakistan, la Palestine, le Sénégal, la Sierra Leone, la Somalie, le Soudan, le Tadjikistan, le Togo, l’Ouganda, l’Ouzbékistan et le Yémen. Tout changement dans la liste des pays ciblés doit recevoir l’aval du Comité d'impact. 

Les domaines de développement prioritaires sont la santé, l'agriculture et les infrastructures rurales. Les résultats attendus sont :  

  • La réduction de la mortalité infantile 
  • La réduction de la mortalité maternelle et néonatale, ainsi que le retard de croissance 
  • L’augmentation de la productivité des cultures de base pour les petits exploitants agricoles 
  • Un accès meilleur au marché et aux services 
  • Un accès accru à l'assainissement 
  • Un accès accru à l'énergie 
  • Un accès accru aux services bancaires numérique 

Projets approuvés

Le Comité d'impact du Fonds examine régulièrement les propositions de projets dans les pays membres de la BID qui peuvent bénéficier du modèle unique de financement concessionnel du Fonds. La revue met en lumière les profils de deux projets récents.

Les projets approuvés jusqu'à présent dans le cadre du premier lot de financement de 2016 et du second lot de 2017 étaient principalement en faveur des pays membres les moins avancés en Afrique de l’Ouest. Le montant total approuvé est de 605 millions de dollars des Etats-Unis pour des projets de développement en santé et en agriculture.  

Ces fonds serviront à protéger les communautés du risque de paludisme, à promouvoir l'éradication de maladies, telles que le VIH/SIDA, et à protéger contre la transmission de maladies mère-enfant. Les fonds contribueront à améliorer l'accès à l'eau et aux soins de santé primaires, et permettront aux agriculteurs pauvres et aux éleveurs pastoraux de cultiver plus de nourriture en développant l'infrastructure de base nécessaire et le pâturage intégré.

 

Publication LLF

Guide sur le « Lives and Livelihoods Fund »

Rapport annuel 2017