Sous le désert du Sahara se trouvent le gypse, le phosphate, le zinc et la principale source de devises de la Mauritanie : le minerai de fer. Une grande partie est exportée via un grand port à Nouadhibou détenu et géré par la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM). La société est un puissant moteur de l'économie représentant 25 à 30 % de l'activité économique annuelle de la Mauritanie.

Afin de maximiser son potentiel, la SNIM a sollicité la Banque islamique de développement (BID) pour l'aider à financer la mise à niveau essentielle du port de Nouadhibou et contribuer au « Programme de modernisation et de développement » impliquant le développement d'une nouvelle mine, le Guelb II. Ces changements ont révolutionné toute l'opération.

Avec la modernisation de la voie ferrée longue de 700 km, qui permet à certains des trains les plus longs au monde de transporter du minerai de fer des mines près de Zouerate à Nouadhibou, la modernisation des équipements et l'amélioration de l'efficacité du chargement du minerai sur les navires, le projet devait augmenter la capacité de chargement du port à 25 Mt par an.

Augmenter la productivité du port

Entre 2007 et 2009, la BID a fourni 26,47 millions de dollars à la SNIM pour l'acquisition de la machinerie nécessaire à l'empilage, au chargement et au transport du minerai de fer vers le port de manière plus efficace et sûre. Un faible pourcentage de ce financement a servi à l'acquisition d'équipements électriques pour les locomotives, au défrichement de plus de terrain pour le couloir ferroviaire amélioré et à la réalisation de l'audit du projet.

L'installation de cette machinerie s'est révélée extrêmement efficace dans l'augmentation de la productivité du port. La productivité globale est passée de 10,65 Mt en 2006 à 13 Mt en 2014. Le taux moyen de chargement des navires est passé de 2.500 à 6.000 tonnes par heure, ce qui a réduit le temps que passent les navires au port de 155 heures à 148,5 heures. Cela a dans le même temps réduit les coûts des navires et amélioré l'efficacité. De plus, les entrepôts ont été agrandis pour augmenter la capacité de stockage et un système de captation des poussières a été installé pour réduire l'impact environnemental du port.

Pour maintenir le succès des rénovations, la SNIM veille à ce que la machinerie soit régulièrement contrôlée et suit en permanence les améliorations environnementales qui peuvent être apportées.

Dans un pays où les niveaux de pauvreté sont toujours élevés et où il y a peu d'autres industries, le développement de Nouadhibou a été extrêmement bénéfique. La poursuite de l'amélioration des opérations de la SNIM grâce au programme de modernisation et de développement devrait continuer à bénéficier à la population et à l'économie mauritaniennes.