Saisir les opportunités du XXI° siècle : des chaînes de valeur résilientes dans les industries du textile et du vêtement

La pandémie de la Covid-19 a provoqué une crise de santé publique sans précédent et asséné un coup dur à l’économie mondiale. Les fermetures à l’échelle mondiale, les mesures de confinement et les restrictions imposées aux déplacements ont contraint de nombreuses entreprises à fermer leurs portes. Ainsi, la production de beaucoup biens et l’offre de plusieurs services ont été suspendues. Par conséquent, l’économie mondiale devrait se contracter et les pays seront confrontés à des taux de chômage et de pauvreté de plus en plus croissants. La crise économique née des chocs subis tant par l’offre que la demande constituera probablement un moment jamais connu depuis la Grande Dépression.

En ces temps difficiles, la Banque islamique de développement (BID) s’emploie à apporter l’assistance la plus ciblée possible aux pays membres afin de relancer leurs économies et d’intégrer les chaînes de valeur mondiales. Les cinquante-sept pays membres de la BID comprennent plusieurs des économies les plus dynamiques du monde. Ensemble, les pays membres représentent le pouvoir d’achat de près d’un quart de la population mondiale. Le PIB combiné des pays membres de la BID s’élève à environ 7 billions de dollars des Etats-Unis. Avec des taux de croissance du PIB allant jusqu'à 8 % par an, les économies des pays membres ont un potentiel considérable pour accroître encore leur part de marché dans l'économie mondiale. La pandémie du coronavirus peut présenter des risques et des vulnérabilités à court et moyen terme, mais si les pays membres arrivent à dépasser ces obstacles à court terme et à se rétablir rapidement, ils seront en mesure d’augmenter leur part de marché dans l’économie mondiale, de créer plus de valeur ajoutée et d’opportunités d'emploi pour l’appui de leur développement socioéconomique.

Pays membres de la BID dans les chaînes de valeur mondiales du textile et du vêtement

Nous avons le textile et le vêtement comme l’une des industries clés dans lesquelles les pays membres ont le potentiel d’augmenter leur valeur ajoutée, stimuler la croissance économique, et accroître les opportunités d’emploi. Ce créneau appuie leurs exportations, crée un nombre important d’emploi, et constitue le point de départ du leur processus d’industrialisation. A mesure que l’industrie se développe, elle commencera à constituer la base en capital nécessaire aux industries plus exigeantes en termes de technologie. A titre d’exemple, les exportations en textiles et vêtements représentent 85 % du total des exportations du Bangladesh, 59 % de celles du Pakistan, 12 % de celles de la Turquie et 11 % de celles de l’Égypte. Ce secteur à forte intensité de main-d'œuvre emploie des millions de personnes dans les pays membres de la BID. La part de l’emploi dans l’industrie du textile et du vêtement par rapport au total de la main-d'œuvre manufacturière est de 40 % au Bangladesh et au Pakistan, 28 % en Turquie et 27 % en Indonésie. 

Au total, les pays membres de la BID représentent 15 % de la production mondiale de matières premières, 11 % des exportations mondiales en textiles et 17 % des exportations mondiales en vêtements. En outre, ils représentent 25 % de la production mondiale de coton et 16 % des exportations mondiales en coton. Les pays membres représentent également 26 % de la production mondiale de laine, mais seulement 3 % des exportations mondiales de cette matière. Les pays membres de la BID dépendent fortement de l’importation des machines en textile et vêtement. Ils représentent 3 % des exportations mondiales contre 23 % des importations. La plupart des pays membres de la BID se situent dans les matières premières ou dans la production de la chaîne de valeur du textile et du vêtement et ne jouent qu’un rôle limité dans l'étape la plus forte en valeur ajoutée, à savoir la vente au détail qui est constituée du marketing, du branding et de la vente. Les pays membres ont donc le potentiel de tirer plus d’avantages des marchés mondiaux. 

Tendances de la chaîne de valeur du textile et du vêtement

Dans notre analyse détaillée de la chaîne de valeur du textile et du vêtement, nous avons identifié plusieurs tendances devant guider les efforts de reconstruction d’une chaîne de valeur résiliente à l’avenir. La croissance démographique mondiale, l’urbanisation croissante et les problèmes de durabilité environnementale auront un effet sur l’industrie du textile et du vêtement à l’échelle mondiale. Les innovations axées sur la technologie ont commencé à façonner les différentes étapes de la chaîne de valeur du textile et du vêtement. Les applications des mégadonnées, l’intelligence artificielle, l’automatisation, la robotique, l’apprentissage automatique et la technologie 3D ont déjà commencé à améliorer les processus de conception de produits et à réduire les délais grâce à des innovations telles que les machines de découpe laser, les robots de couture et la nanotechnologie. Les objets connectés et la chaîne de blocs devraient apporter une plus grande transparence et une meilleure traçabilité tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Les fibres durables et recyclées devraient remplacer les matières premières à forte intensité de ressources à un rythme croissant. Les textiles techniques et intelligents ont un énorme potentiel pour être utilisés dans plusieurs industries telles que l’automobile, la construction et l’équipement médical. 

En termes de tendances spécifiques au secteur, la diversification et l’inclusion de nouveaux fournisseurs mondiaux signifieront une augmentation possible de la délocalisation de proximité pour s’approcher plus des marchés de vente finaux, d’autant plus que la croissance du marché asiatique exerce une influence sur les décisions d’approvisionnement des grandes entreprises. Par ailleurs, les grandes entreprises rechercheront des partenariats stratégiques avec des fournisseurs de premier plan pour répondre à la demande et réduire les délais. De même, les fournisseurs devront disposer de capacités complètes, d’une professionnalisation et d’une expertise numérique pour l’intégration d’amont en aval et les exigences croissantes de numérisation pour l’approvisionnement, la production et la vente sur les plateformes numériques. La future structure du marché sera principalement déterminée par la situation géographique d’un pays donné et la capacité de son industrie du textile et du vêtement à fournir une production rentable, des compétences compétitives, des produits de qualité et des délais de livraison réduits. 

Il est vital que les pays membres de la BID s’adaptent à ces tendances, soient au diapason des développements technologiques pour être compétitifs au niveau international et intégrer la chaîne de valeur du côté des activités à valeur ajoutée élevée pour asseoir une chaîne de valeur du textile et du vêtement résiliente. Le choc externe que la Covid-19 a eu sur l’industrie du textile et du vêtement accélérera le rythme des transformations induites par les mégatendances mondiales, les tendances spécifiques à l'industrie et le passage à l’innovation technologique. Les pays et les entreprises qui peuvent s’adapter à ces tendances par des actions rapides en tireront le plus d’avantages à moyen et long terme. Si les pays membres de la BID ne prennent pas des mesures rapides pour redémarrer et restructurer leur économie en fonction de ces changements, les écarts de richesse, de technologie et de productivité avec les autres pays risquent de se creuser. Cela aurait un effet négatif sans précédent sur les taux d’emploi et de pauvreté avec une perspective sombre pour leur développement socioéconomique dans les années à venir.

Promouvoir les coalitions et les partenariats industriels 

La BID s’est fixée au titre de son nouveau modèle d’entreprise des objectifs clairs pour mettre les investissements publics et privés au service du développement économique et social de ses pays membres. Elle met les partenariats solides entre les secteurs privé et public au cœur de sa stratégie visant à stimuler durablement la modernisation et la croissance. Certains des domaines potentiels de collaboration dans le nouveau modèle d’entreprise de la BID comprennent les partenariats entre les pays membres pour accroître les échanges et l’investissement, le cofinancement avec les gouvernements, les banques multilatérales de développement et d’autres organisations internationales, et la mobilisation de ressources du marché du secteur privé pour des activités de développement. La BID construit de larges plateformes pour réunir divers acteurs et assurer une collaboration efficace entre eux dans différents secteurs, notamment le textile et le vêtement.

La publication de la BID sur l’avenir des industries du textile et du vêtement constitue un jalon sur la voie de la réalisation des objectifs indiqués dans cet article. Le nouveau modèle d’entreprise de la BID consiste à soutenir le développement socioéconomique de ses cinquante-sept pays membres en offrant des solutions innovantes et durables à leurs défis de développement et en établissant des partenariats axés sur la collaboration. Nous sommes convaincus que seulement des efforts axés sur la collaboration sont propres à nous permettre de relever les défis pressants de l’heure. C’est pourquoi nous exhortons la communauté internationale à s’associer à la BID pour reconstruire des solutions résilientes et durables pour l’avenir.