Un avenir propre et sûr Remodeler le secteur de l'énergie en Turquie

La Turquie dispose de faibles réserves de combustibles fossiles autres que le charbon, mais elle a un énorme potentiel dans les ressources renouvelables, notamment l'énergie hydroélectrique, solaire et éolienne. À mesure que la demande d'énergie augmente, il est devenu de plus en plus important pour la Turquie de diversifier ses sources d'énergie et d'accroître la contribution nationale, tout en recherchant une plus grande efficacité pour gérer la croissance de la demande.

Entre 2012 et 2015, la Banque islamique de développement (BID) a financé le secteur de l'énergie en soutenant quatre projets de développement d'énergies renouvelables et six projets d'efficacité énergétique. La BID a étendu une approche de facilité de financement qui a fonctionné par l'intermédiaire d'un partenaire de mise en œuvre : La Turkiye Sinai Kalkinma (TSKB, connue en français sous le nom de Banque de développement industriel de Turquie).

Les coûts combinés des projets se sont élevés à 641,2 millions de dollars, dont 100 millions de dollars ont été fournis par la BID. Les dix projets se révèlent déjà très fructueux, les projets d'efficacité énergétique ayant d'ores et déjà réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 1.006.000 tonnes, dépassant ainsi leur objectif de réduction des émissions de 300.000 tonnes.

Une nouvelle approche du financement islamique

C'était la première fois que la BID utilisait le financement restrictif de Mudarabah. Au titre de ce mode de financement, la BID fournit des capitaux au Mudarib (dans ce cas, TSKB) pour investir dans des entreprises, selon les critères convenus. Cette approche a éliminé le besoin pour la BID de conclure des accords de financement individuels pour chaque sous-projet financé et a donné une grande liberté à TSKB en tant qu'organisme d'exécution local.

Barrages hydroélectriques

Deux des barrages hydroélectriques soutenus par l'installation : Goktas I et Goktas II se trouvent dans une vallée profonde dans les montagnes au nord d'Adana. La capacité combinée des projets, une fois que les deux barrages seront opérationnels, sera de 276 MW. De plus, une route de 52 km, construite sous l'installation pour permettre l'accès à ces barrages, a permis de désenclaver toute la région, de même que les trois nouveaux ponts traversant la rivière Zamanti. Ceux-ci ont eu un effet significatif sur la population vivant dans la région car les communautés isolées précédemment sont maintenant reliées aux grandes villes. En d'autres termes, les habitants peuvent accéder plus rapidement aux hôpitaux, aux écoles et aux autres services. L'entreprise de construction : Bereket Enerji chargée des barrages a créé plus de 450 emplois pendant la phase de construction du projet et cela a presque doublé pendant les périodes de pointe de la construction. M. Ahmet Yilmaz, du village de Boztahta, qui travaille comme contremaître général, a parlé des avantages du projet. « Auparavant, les gens étaient principalement des éleveurs de chèvres ou des travailleurs saisonniers dans une mine de chrome à proximité. Mais les salaires dans la construction sont beaucoup plus élevés ».

Projets de panneaux solaires

L'installation a également soutenu de petits projets qui permettent aux entreprises de produire leur propre électricité. Prokon, une société de fabrication d'ingénierie située juste à l'extérieur d'Ankara en a bénéficié. En mars 2013, Prokon a installé 2.040 panneaux solaires sur le toit de son atelier. L'énergie solaire a un énorme potentiel en Turquie, d'autant que les panneaux produisent environ 75-95 MW pendant les mois de juillet et d'août. Entre avril 2013 et février 2016, Prokon a généré environ 1.835 MWh au total à partir des panneaux. Le processus a été si réussi que Prokon vend maintenant de l'énergie au réseau électrique national. Prokon a également poursuivi le développement d'autres équipements à énergie solaire tels que les systèmes de suivi solaire qui permettent aux panneaux de tourner et de « suivre » le soleil, générant ainsi plus d'énergie.

Réutiliser la chaleur pour réduire les coûts

Batisoke, Cimento, une entreprise de ciment qui a installé un système de récupération de la chaleur résiduelle dans son usine près d'Aydin, illustre la gestion par le pays de sa demande croissante en énergie. Ce système recycle la chaleur produite par le processus de production de clinker pour produire de l'électricité. Grâce à une installation réussie, le système couvre maintenant une partie significative des besoins en électricité de l'usine. En réduisant les coûts, l'entreprise est devenue un concurrent national en matière d'énergie.

Une production d'acier moins chère et plus efficace

L'installation a également soutenu des projets dans le secteur de l'acier. La Turquie était la huitième plus grande nation productrice d'acier au monde en 2014 (environ 34 millions de tonnes). Koc Celik, qui a installé un système de combustion d'oxygène dans son usine d'Osmaniye, trace la voie. Le système augmente la quantité d'oxygène entrant dans le four pendant le processus de fusion, ce qui rend les processus d'énergie chimique impliqués plus efficaces. La consommation d'électricité a baissé d'environ 400 kilowattheures (kWh) par tonne à moins de 340 (kWh) et le projet a créé 25 nouveaux emplois au profit de la population locale.

Les dix projets de l'installation ont eu un énorme impact combiné. Ensemble, les projets d'énergie renouvelable ont une capacité de 370 MW et ont permis de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Ces changements rendent les entreprises impliquées plus compétitives au niveau international tout en contribuant aux efforts mondiaux de lutte contre les changements climatiques. Si les futurs projets peuvent s'appuyer sur ce succès, la Turquie peut aspirer à un avenir énergétique plus propre, plus sûr et plus efficace.

Secteurs

Énergie