Awqaf

Informations contextuelles sur les awqaf

Awqaf (waqf au singulier, parfois écrit awkaf et wakf) est un mot arabe qui désigne des biens donnés, légués ou acquis afin d’être détenus en fiducie perpétuelle en faveur de causes caritatives générales ou spécifiques d’intérêt social. À bien des égards, le concept de waqf s’apparente au concept occidental de dotation. Le fort accent mis sur le caractère perpétuel des awqaf a donné lieu, au fil des ans, à une accumulation considérable de richesses sociales, à tel point que le concept d’awqaf s’est transformé en un secteur économique majeur, dédié à l’amélioration des conditions socioéconomiques dans les pays membres et non-membres de la BID recensant des communautés/populations musulmanes. 

Les bénéficiaires des awqaf sont divers et variés, mais sont principalement actifs dans les domaines de la réduction de la pauvreté, de l’aide humanitaire, des services de santé gratuits, ou encore de l’enseignement de l’histoire, la culture et l’environnement religieux et contemporains. Bien qu’il s’agisse initialement d’un grand principe religieux, l’idée sous-tendant le concept d’awqaf est probablement intéressante pour la communauté de développement au sens large. 

Historiquement, les awqaf ont sensiblement contribué au financement durable de nombreuses prestations sociales, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé. En effet, sous les Califats omeyyade et abbasside, l’on estime que plus de 60% des services publics étaient financés grâce au waqf. Avant toute chose, les awqaf finançaient les prestations (et l’infrastructure) sociales de base, telles que l’éducation et la santé, ainsi que les moyens de subsistance ou la sécurité sociale des nécessiteux. Outre ces besoins fondamentaux, les awqaf ont joué un rôle majeur dans le développement de la vie culturelle et scientifique, puisqu’ils ont permis de financer la production de livres, la construction de bibliothèques et la recherche dans divers domaines scientifiques religieux et laïcs.

Soutien concret de la BID aux awqaf

Le FIBA traduit la volonté de la BID d’apporter un soutien concret au secteur des awqaf. En effet, le FIBA promeut les awqaf comme instrument de développement axé sur la finance sociale, tout en respectant les principes de jurisprudence en la matière. Son mandat lui permettant de financer la constitution et/ou le développement de dotations immobilières islamiques fait du FIBA un fonds unique parmi les BMD, qui vise avant tout une pérennité financière intergénérationnelle.

Le FIBA finance (via des modes de financement conformes à la charia) la construction ou l’acquisition de biens corporels immobiliers qui génèrent un rendement. Une partie de ce rendement est reversée au fonds, le reste étant utilisé pour financer les activités du bénéficiaire sur la période de remboursement. À la fin de cette période, le bien est enregistré comme waqf et l’ensemble des revenus dégagés échoient au bénéficiaire, lui procurant une source de revenus pérenne pour financer ses activités d’intérêt social.

En tant que mécanisme de soutien concret aux awqaf pour favoriser leur impact en matière de développement, le FIBA fait figure d’exemple et est désormais prêt à passer à la vitesse supérieure. En effet, avec un capital libéré total de 83.38 millions USD complété par une ligne de financement de 100 millions USD accordée par la BID, le portefeuille du FIBA comprend 54 projets dans 29 pays membres (PM) et non-membres (PNM) de la BID, représentant 1,18 milliard USD d’investissements cumulés. Ces projets illustrent le rôle majeur des awqaf en général et du modèle du FIBA en particulier dans le cadre du développement.