Le Président du Groupe de la Banque islamique de développement s’adresse au Forum économique international des Amériques de Montréal

Djeddah, Royaume d'Arabie saoudite, 15 septembre 2021 – Le Président de la Banque islamique de développement et Président du Groupe de la BID, S.E. Dr Muhammad Al Jasser, a déclaré que l'institution de développement multilatérale sud-sud notée AAA s'est engagée à soutenir ses 57 pays membres, tous membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), couvrant plus de 1,7 milliard de personnes dans le monde, à une reprise verte et durable de la pandémie de COVID-19

Dr Muhammad Al Jasser a fait ces remarques, mercredi, alors qu'il s'adressait à la conférence du « Forum économique international des Amériques » de Montréal qui s'est tenue sous le thème : « Vers une économie plus juste et plus verte ».

Au cours de son allocution, Dr Muhammad Al Jasser a expliqué comment le Groupe de la BID a engagé plus de 4,5 milliards de dollars US, pour couvrir les interventions sanitaires d'urgence,  soutenir les PME et la reprise économique dans les secteurs de l'agriculture, de la sécurité alimentaire, de l'eau et de l'assainissement, avec comme cible plus de 60 millions de bénéficiaires, la création de plus de 65 000 emplois et le soutien à plus de 30 000 agents de santé.

« La voie vers une économie verte dans les pays en développement nécessitera un soutien à long terme des institutions financières multilatérales et de la communauté des donateurs dans son ensemble en accordant la priorité aux investissements de développement verts et résilients au changement climatique, en intensifiant le dialogue et les services de conseil en amont avec les pays, ainsi qu'en encourageant l'innovation et en mobilisant le secteur privé pour atteindre l'échelle », a déclaré le Président du Groupe de la BID

En outre, il a expliqué que la BID a pris l'engagement ambitieux de consacrer 35% de toutes ses opérations financières au financement climatique d'ici 2025, ajoutant que la Banque s'engage stratégiquement avec les secteurs public et privé pour développer des investissements verts en pipeline, tout en abordant les questions pertinentes des obstacles opérationnels et politiques. 

« Nous mûrissons notre cadre environnemental, social et de gouvernance (ESG) qui permettra une évaluation ESG intégrée, systématique et cohérente de nos investissements en actions et dans des fonds », a-t-il ajouté.

La BID a développé un cadre de financement durable à travers lequel elle a émis avec succès un sukuk vert de 1 milliard d'euros (équivalent islamique d'obligations) en 2019 plus 2,5 milliards de dollars de sukuk de durabilité en 2021. La Banque cogère également les 2,5 milliards de dollars américains de Lives and Livelihoods Fund (LLF), avec des donateurs tels que le Fonds d'Abu Dhabi pour le développement, la Fondation Bill et Melinda Gates, le Centre d'aide humanitaire et de secours King Salman, le Fonds du Qatar pour le développement et UK Aid. Lancé par le Groupe de la BID et ses partenaires au développement, LLF soutient les personnes les plus vulnérables dans les pays membres de la Banque.

Le Président du Groupe de la BID a noté que la stratégie du Groupe est ancrée dans le soutien et le renforcement de la coopération Sud-Sud et qu'une Alliance pour l'action climatique qui aidera les pays membres à accéder aux technologies et solutions vertes par le biais d'échanges et d'apprentissages Sud-Sud a déjà été lancée. « Agissons maintenant ; travaillons rapidement pour des économies plus vertes, développées et inclusives dans nos pays membres ! » a-t-il conclu.

Le forum en ligne et en personne de haut niveau de quatre jours (13-16 septembre 2021) a réuni une multitude d'orateurs de haut niveau des principales entités mondiales du monde du développement.