Collaboration entre le Groupe de la Banque islamique de développement et la République du Yémen

Dr Hajjar : « Nous sommes déterminés à aider le peuple yéménite à atteindre ses aspirations. Le total de nos financements pour le pays a atteint 1 milliard USD »

Au cours de la conférence virtuelle des bailleurs de fonds organisée par le Royaume d'Arabie saoudite, la BID a annoncé son soutien au financement de projets au Yémen d’un montant de 100 millions USD, desquels 33,6 millions USD au titre de la lutte contre la Covid-19. Ce sont les secteurs de la santé et de l’agriculture qui en ont bénéficié. En effet, 20 millions USD sont partis au secteur de la santé. Ils ont été approuvés le 16 juin 2020 et seront mis en œuvre par l’OMS.

Dans le cadre de la collaboration internationale lancée par la BID pour atténuer les effets de la Covid-19 sur le secteur de l’éducation dans les pays membres, la banque a été choisie pour servir d’agent de la subvention accélérée Covid-19 du GPE allouée au Yémen pour un montant de 11,5 millions USD.

En réponse à une question sur les relations entre la BID et le Yémen au titre des financements qu’accorde l’institution en appui à l’économie du pays, S.E. Dr Bandar Hajjar, Président du Groupe de la BID, a déclaré que la banque a toujours soutenu la stabilité et le développement socioéconomique du Yémen. À cet égard, il a remercié l’Arabie saoudite d'avoir accueilli la conférence des bailleurs de fonds tenue le mois dernier avec l’objectif de soutenir le Yémen. Il a ajouté que le principal objectif de l’Arabie saoudite qui détient environ un quart du capital-actions de la BID et soutient généreusement ses programmes et initiatives, est de favoriser le développement socioéconomique des pays membres, notamment ceux confrontés à des circonstances particulières comme le Yémen et d'autres pays membres les moins avancés. 

S’agissant du soutien à différents secteurs, il a déclaré que les programmes de la BID couvrent divers secteurs, notamment l’éducation de base, l’enseignement supérieur et technique et la formation professionnelle. La BID contribue également au développement des secteurs de l’agriculture, de la pêche, de la santé, des transports, des télécommunications, de l’eau et de l’énergie, mais aussi les filets de sécurité sociale, l’administration publique, les banques et les autres services. 

Dr Hajjar a souligné que la BID a également contribué à travers le Fonds de solidarité islamique pour le développement (FSID) à de nombreux projets de développement des réseaux de transport, de l’agriculture et de la sécurité sociale. Elle s’emploie aussi à réduire les difficultés de vie qui sont le résultat de la situation politique actuelle dans le pays. À cet égard, la BID s’efforce d’apporter secours et médicaments au pays. Elle y a dépensé 1 million USD en aides alimentaires dans les gouvernorats de Ma’rib, Shabwah et Azal, 350.000 USD en eau potable dans la périphérie de Hadramaout et 360.000 USD en médicaments de secours aux patients atteints de thalassémie. La BID a également contribué à hauteur de 200.000 USD aux efforts déployés face aux dernières inondations. Elle soutient en outre les patients atteints de cancer au Yémen, en leur fournissant des médicaments, des équipements et des articles nécessaires.

S.E. Dr Hajjar a indiqué que le Groupe de la BID a contribué à travers ses membres spécialisés dans le financement, notamment la Société islamique pour le développement du secteur privé et la Société internationale islamique de financement du commerce, à plusieurs activités dans les secteurs minier et industriel, en débloquant des lignes de financement en appui aux importations et aux exportations, en plus du soutien aux secteurs des télécommunications, du transport aérien, des banques et des hôpitaux privés. La contribution totale du Groupe de la BID et de ses membres au pays s’élève à environ 1 milliard USD :

  • Ressources ordinaires en capital (ROC) de la BID : 425 millions USD
  • Assistance technique de la BID : 23 millions USD
  • Assistance spéciale de la BID : 30 millions USD 
  • Société islamique pour le développement du secteur privé : 131 millions USD 
  • Société internationale islamique de financement du commerce : 486 millions USD
  • Société islamique d’assurance des investissements et des crédits à l’exportation : 16,7 millions USD

Il convient de noter que la BID a commencé à soutenir des programmes de développement au Yémen depuis sa création, en 1975 et ne cesse de lui apporter son appui.

En outre, la BID a de tous les temps été principal partisan du Yémen. A titre d’exemple, la BID a participé à différentes étapes de reconstruction des établissements d'enseignement et de santé touchés par les inondations à Hadramaout, Al Mahra, Maʼrib, Al Jawf et tout récemment à Aden, Taiz, Ma'rib, ainsi que dans d'autres gouvernorats. La BID a également contribué à la reconstruction de Sa'dah, en y soutenant des projets d’éducation, de santé et d'eau potable. Elle a aussi participé à la reconstruction des secteurs de l'éducation et de la santé à Abyan.

En outre, la BID est membre du Quatuor comprenant la Banque mondiale, l'Union européenne, les Nations unies et les institutions de financement arabes et régionales chargées de préparer le programme de reconstruction du pays.