• Premier partenariat BID-GIZ pour de nouvelles solutions innovantes de transport
  • Réunir les représentants de 10 pays mettant l’accent sur des questions clé relevant du transport collectif
  • Encourager des investissements plus importants dans les projets d'infrastructure et d'environnement grâce à des partenariats public-privé dans les pays membres

Dubaï, E.A.U., 10 mai 2018 - Pour la première fois dans leur série d'ateliers, des experts de la BID et de la GIZ se sont joints aux participants pour discuter des outils, technologies et mécanismes de mise en œuvre pour mettre en place les meilleures solutions de transport adaptées au contexte de chaque ville.

La Banque islamique de développement sise à Djeddah et la GIZ ont organisé un événement de deux jours (9 et 10 mai) à Dubaï, Émirats arabes unis, réunissant 22 participants de 10 pays pour se pencher sur deux questions prioritaires : « Leçons tirées et meilleures pratiques dans la planification et le financement des projets de transport collectif dans les pays en développement » et «  Rôle du secteur privé dans le passage des pays d’un modèle renfermant une part modeste des transports publics à un accès équitable au transport collectif pour tous les groupes d'usagers ».

La BID a déclaré : Nous savons que le monde connait une urbanisation rapide, surtout dans de grandes parties de l'Afrique. Le 21ème siècle sera celui d’un monde qui vit plus dans les villes que dans les villages. Avec 70% de la population mondiale dans les villes dans les treize prochaines années, les villes et les métropoles existantes ne sont pas nécessairement préparées pour accueillir un afflux croissant de population des zones rurales, ce qui exerce des pressions non seulement sur l'infrastructure physique des villes, telles que les systèmes de drainage des eaux usées et les hôpitaux, mais aussi sur le tissu social des villes elles-mêmes. Alors que les villes continuent à s'étendre et à se développer dans toutes les directions, le besoin de construire des villes meilleures et plus intelligentes devient inévitable.

Depuis 2013, les deux organisations collaborent sur l'organisation d'ateliers thématiques régionaux en Asie, Afrique et dans la région arabe pour discuter des défis et des solutions en matière de mobilité durable avec plus de 300 représentants des ministères sectoriels, des conseils municipaux et des institutions de transport. La BID a renforcé l’importance de ce point en soulignant que les défis auxquels les pays en développement sont confrontés sont d’une envergure telle qu’ils ne peuvent être levés par une seule partie prenante, que ce soit le gouvernement, le secteur privé, les institutions multilatérales ou le secteur caritatif. Cependant, les institutions publique et privées peuvent ensemble l'emporter, en canalisant les fonds vers des solutions durables aux problèmes les plus urgents.

La population urbaine des 57 pays membres de la Banque islamique de développement s'élevait à environ 863 millions de personnes en 2016, soit plus de la moitié de la population totale de ces pays. Ce chiffre devrait selon les Nations Unies croitre de plus que le double, pour s’établir à 1,773 millions de personnes d'ici 2050. Les zones urbaines sont confrontées à des défis encore plus pressants et croissants, au cœur desquels se trouvent la mobilité et le transport durable ainsi que les changements climatiques. Certaines grandes villes et zones urbaines sont aujourd'hui embouteillées, avec des services de transport public très limités et des voies de développement non durables, tandis que dans d’autres régions des réformes et des programmes de transport urbain ambitieux sont en cours de réalisation avec l’objectif de relever les défis et de mettre en place les conditions nécessaires à un avenir équitable pour tous les citadins.

Dubaï est l'un des exemples les plus impressionnants de ces transitions réussies. Selon l’Autorité des routes et du transport de Dubaï, la part des transports publics dans la mobilité des résidents de la ville est passée de 6% en 2006 à 17% en 2017, et le plan devrait atteindre 20% d'ici 2020 et 30% d'ici 2030. Dubaï est également un lieu d'innovations technologiques continues dans le secteur des transports.

S.E. Dr Bandar M.H. Hajjar a récemment annoncé que le Groupe de la Banque islamique de développement a également mis en place le mécanisme de conseil en infrastructure du partenariat public-privé qui fournira un soutien aux pays membres sous forme de conseil sur l’environnement favorable et les projets d’infrastructure. Les enseignements tirés de l'atelier seront intégrés à une publication conjointe de la BID et de la GIZ.