l’autonomisation économique en Palestine

La pauvreté et le chômage en Palestine constituent toujours un sérieux défi ; environ un individu sur trois (29,2%) vivait en dessous du seuil de pauvreté en 2017[1].   La bande de Gaza contribue davantage à la pauvreté nationale que la Cisjordanie ; sa part de la population pauvre est de 71,2% contre 28,8% en Cisjordanie[2].  

La croissance économique est le moyen le plus puissant de réduction de la pauvreté et d’amélioration de la qualité de vie. Dans le cas de la Palestine, malgré l'augmentation du produit intérieur brut, cela n'est pas sensiblement reflété dans la réduction des taux de pauvreté et de chômage, mais au contraire, il y avait une relation inverse entre le taux de pauvreté et l'augmentation du PIB.[3]  

Sur le fond de cette situation, la Banque islamique de développement « BID » sise à Djeddah, a initié la création et la conception d'une initiative innovante en Palestine, baptisée « DEEP ». Le Programme de renforcement des capacités économiques du peuple palestinien (DEEP) a vu le jour en 2006. Il a pour objectif d’autonomiser les Palestiniens démunis et marginalisés, et de les affranchir de l'aide humanitaire et de la charité pour compter sur eux-mêmes. 

S.E. le Président de la BID visite l'exposition DEEP à Djeddah en 2017

L'objectif global de DEEP est de faire sortir les familles palestiniennes démunies et profondément touchées par la pauvreté de la dépendance économique à l'aide pour devenir des générateurs indépendants de revenus et des pourvoyeurs d'emplois. Le programme DEEP entend y parvenir au moyen d’une série de services financiers et non-financiers en faveur de ménages sélectionnés. Lesdits services, notamment les activités de microfinance islamique et de filet de protection sociale, sont de nature à répondre à leurs besoins les plus critiques en matière de moyens de subsistance.  

 

A travers l’application du Cadre de l’approche des moyens de subsistance durable, le Programme DEEP a promu la croissance économique inclusive, en appuyant les ménages productifs à faible revenu. La modalité DEEP offre une approche solide et inclusive qui permet de cibler les ménages vulnérables mais productifs et de faire participer les membres de ces ménages à des activités génératrices de revenus durables, principalement à travers le développement des micro et petites entreprises, pour créer des emplois, combler les écarts de consommation et de revenus. L'approche DEEP pour le renforcement des capacités est au cœur des stratégies les plus efficaces de promotion d’une véritable approche des droits de l'Homme conformément aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), notamment l’OMD n° 1 (réduction de la pauvreté), l’OMD n° 2 (enseignement primaire) et l’OMD n° 3 (égalité des sexes et l’autonomisation des femmes). L'autonomisation et l'autosuffisance économiques sont les valeurs fondamentales du programme qui vise également à permettre aux bénéficiaires de préserver un niveau de dignité et de liberté pour réaliser leurs aspirations.

Par ailleurs, le programme DEEP est au cœur des Objectifs de développement durable (ODD) et est dans le droit fil de l’ODD n° 1 (zéro pauvreté), de l’ODD n° 5 (égalité des sexes), l’ODD n° 8 (travail décent et croissance économique), l’ODD n° 9 (industrie, innovation et infrastructure), l’ODD n° 10 (réduction des inégalités), et l’ODD n° 15 (vie terrestre).

Sous la direction et la supervision directes de la BID et en étroite collaboration avec les institutions du gouvernement et de la société civile palestiniens, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Programme d'assistance au peuple palestinien (PAPP) ont géré le programme DEEP en Palestine. Le Fonds Al-Aqsa et d'autres bailleurs de fonds arabes représentent le soutien financier principal au programme DEEP.   

Approche innovante de DEEP

L'expansion et la reproduction réussies de DEEP dans les pays membres tiennent du développement que le programme a accompli et de son utilisation d'outils et de politiques innovants. Ce qui suit est une brève description de ces innovations.

  1. Les dotations des personnes démunies comme opportunité :  Les personnes démunies comme des partenaires d’affaires
  2. Introduction des produits, opérations et systèmes de microfinance islamiques dans les institutions de microfinance
  3. Fonds renouvelables et stratégie de sortie
  4. Outils de mise en œuvre efficaces : (i) Sélection des bénéficiaires, (ii) Évaluation des besoins des ménages, (iii) évaluation des ONG, (iv) évaluation des institutions de microfinance, (v) Systèmes de microfinance interactifs, (vi) Manuels d’exploitation, et (vii) Fonds renouvelables.
  5. Renforcement des capacités à tous les niveaux et mise à profit des capacités existantes des ménages
  6. Construction des synergies pour assurer des services sociaux intégrés de soutien en faveur des familles ciblées
  7. Partenariats intelligents entre les producteurs à faible revenu et le secteur privé

 

En tant qu'approche alternative pour la réduction de la pauvreté en Palestine, le programme DEEP a marqué une percée dans l'autonomisation économique des jeunes, des femmes, des petits exploitants agricoles et des personnes ayant des besoins spéciaux.   

Le programme DEEP a adopté les stratégies suivantes pour l'autonomisation économique des groupes susmentionnés :

1. Réalisation de projets générateurs de revenus (microentreprises) : 

Le programme DEEP a commencé par la création des microentreprises pour l'autonomisation économique. Elles ont été accompagnées de services de développement d’entreprises en faveur des bénéficiaires. Les services financiers visant la création de ces microentreprises sont sous forme de subventions accordées aux bénéficiaires inscrits au Programme de transfert de fonds (CTP) qui est géré par le ministère du Développement social et aux prêts en faveur des pauvres actifs qui ne bénéficient pas du CTP. Cette stratégie repose sur la mobilisation des ressources humaines parmi le ménage pauvre en vue de la gestion de la microentreprise. Les micro et petites entreprises peuvent assurer la compétitivité nationale et l'innovation tout en créant des emplois.

 

2.Transfert de la connaissance et mobilisation de ressources

Le programme DEEP a diversifié ses stratégies d'autonomisation économique en adoptant le transfert des connaissances et la mobilisation des ressources en tant qu'instrument d'autonomisation économique, en sus de l'approche traditionnelle consistant à créer des microentreprises. Cette approche s’est attaquée au taux élevé de chômage des jeunes en général et des jeunes femmes en particulier. 

Cette stratégie comprend différentes approches en fonction du contexte et du groupe ciblé, lesquelles se résument ainsi :

  • Incubateurs et accélérateurs pour les entrepreneurs : donner l'occasion aux jeunes ayant des idées d'affaires pour créer de nouvelles entreprises qui mèneraient à la création d'emplois. Cette approche a été mise en œuvre en partenariat avec des universités et des ONG palestiniennes sous différents noms de marque, tels que SEEDS et JADARA.

Intervention d'autonomisation économique à Gaza dans le cadre du projet SEED - Studio pour deux jeunes entrepreneurs à Gaza

  • Acquisition des compétences menant à l’emploi : La formation des jeunes a eu lieu à la lumière de l'évaluation des besoins en professions et en personnes qualifiées du marché. Cette approche se concentre sur l'identification de la demande avant l’intervention sur l'offre.

Acquisition des compétences requises par le marché

  • Emploi de développement : Cette approche est fondée sur la mobilisation de besoins de développement latents qui peuvent offrir aux jeunes de nouvelles opportunités d'emploi.  A titre d’exemple, des unités du Système d'information géographique ont été établies dans plusieurs municipalités de la bande de Gaza pour répondre aux besoins de développement des municipalités tout en créant des dizaines de tâches simultanées.  

 

  • Mobilisation de ressources : Cette approche repose sur la mobilisation de ressources gelées au niveau des actifs et des ressources humaines. A titre d’exemple, certaines universités possèdent des ressources foncières et hydrauliques non-exploitées, au moment où les diplômés en génie agricole souffrent du chômage. Le programme DEEP a aidé à exploiter ces ressources et à fournir des services financiers pour établir des projets productifs comme les serres.
  • Le travail électronique à distance et le télétravail : cette approche vise à offrir des opportunités d'emploi pour les jeunes en tissant des réseaux avec le marché du travail étranger. WAMD est le nom de marque de ce type de projets à Gaza.

Application de téléphonie mobile pour les taxis

  • Mise en rapport des ressources humaines disponibles avec les besoins de l'industrie : cette approche a fourni aux jeunes diplômés dans des domaines pertinents à l'industrie locale la possibilité de participer de manière constructive aux cycles de production des industries locales. Les diplômés ont prouvé qu'ils peuvent ajouter de la valeur, améliorer les techniques de production, et réduire les coûts liés à la maintenance et au volume de production. Cette approche a été mise en œuvre en partenariat avec la Fédération palestinienne des industries ; elle porte le nom de MAHARAT.

 

  • Projets de groupe et partenariats avec le secteur privé : Le programme DEEP est en train d’instaurer un nouveau modèle d'autonomisation économique au moyen du partenariat avec le secteur privé au profit des ménages pauvres. Ce modèle est conçu pour transformer la participation des personnes pauvres actives dans des microentreprises à des petites et moyennes entreprises. La théorie du changement sous cette approche est le transfert de la richesse aux pauvres. Cette approche intégrerait les pauvres dans le cycle de production économique et leur donnerait l'opportunité de posséder les moyens de production. En outre, il serait important d'orienter l'autonomisation économique des pauvres vers les petites et moyennes entreprises prometteuses.

 

3. Entreprise sociale :

Afin de permettre une marge de manœuvre et l’environnement propice aux jeunes pour participer au cycle de production dans un contexte d'entreprises qui dépassent les capacités de gestion de ces jeunes, ces entreprises ont été créées sous les auspices d'ONG ou d'organisations axées sur la communauté. Ce modèle garantit la durabilité des entreprises et aident dans la commercialisation des produits. 

 

Impacts et résultats du programme DEEP

DEEP est une initiative de premier plan qui a contribué à lier la protection sociale à l'autonomisation économique. Le programme DEEP a exercé une influence sur la politique de protection sociale de l'État de Palestine, ce qui se décline par l'adoption de l'autonomisation économique par le ministère du Développement social. L'autonomisation économique est perçue comme la première option et le Programme de transfert de fonds est le dernier recours pour les ménages démunis. 

Le programme DEEP a formé près de 250 membres du personnel des ONG, des institutions de microfinance et des responsables gouvernementaux dans le domaine de l'approche des moyens de subsistance durables, de l'analyse de la pauvreté, de la préparation des études de faisabilité, et du mentorat. Par ailleurs, des outils, manuels, formulaires et modèles ont été élaborés pour assurer que les ménages pauvres seront adéquatement ciblés, l'évaluation de leurs conditions et de leurs capitaux, et l'harmonisation de la mise en œuvre par différents partenaires du programme DEEP. Un programme spécial de renforcement des capacités a été conçu pour le ministère du Développement social afin de répondre aux besoins techniques, notamment dans le domaine de l’autonomisation économique des ménages pauvres.

Depuis sa création en 2006 et jusqu'à la fin de 2017, le programme DEEP, à travers ses ONG et institutions de microfinance partenaires, a fourni des activités d'autonomisation économique qui ont débouché sur la création de 15.659 microentreprises. 3.485 jeunes hommes et jeunes femmes ont été formés, ce qui leur a permis d’accéder au marché du travail. 12.773 ménages ont bénéficié de services sociaux de soutien dans les domaines de l'éducation, de la santé et du logement. Plus de 50.000 emplois ont été créés en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza grâce aux microentreprises établies. Le revenu annuel estimé des entreprises établies est d'environ 270 millions de dollars des Etats-Unis. Le coût de création d'une seule opportunité d'emploi était d'environ 3.000 dollars des Etats-Unis.

 

 

 

 


[1] http://www.pcbs.gov.ps/Document/pdf/txte_poverty2017.pdf?date=16_4_2018_2

[2] Ibid.

[3] https://borgenproject.org/palestine-poverty-rate-high/