Dr. Bandar Hajjar, signataire de la Déclaration du Sommet « Finance en commun » coorganisé par la BID pour créer une coalition de 450 banques publiques de développement

Le 11 novembre 2020, le président du Groupe de la Banque islamique de développement, Dr Bandar Hajjar, a procédé à l’ouverture du Sommet Finance en commun, organisé conjointement par la BID, le Club international de financement du développement (IDFC) et la Fédération mondiale des institutions financières de développement (WFDFI). D’autres présidents de réseaux de banques publiques de développement (BPD) étaient présents.

Le 11 novembre 2020, le président du Groupe de la Banque islamique de développement, Dr Bandar Hajjar, a procédé à l’ouverture du Sommet Finance en commun, organisé conjointement par la BID, le Club international de financement du développement (IDFC) et la Fédération mondiale des institutions financières de développement (WFDFI). D’autres présidents de réseaux de banques publiques de développement (BPD) étaient présents.

Lors de la cérémonie d'ouverture, il a salué cette assemblée unique des 450 banques publiques de développement du monde, réunies pour discuter de leur rôle, de leur ambition et de leurs défis. 

"Nous, banques multilatérales de développement, sommes la preuve que différents acteurs peuvent réussir à mobiliser des ressources pour financer des objectifs communs et créer un impact. Fort de cela, j'ai cru en cette assemblée et j'ai soutenu le sommet depuis le début", a-t-il déclaré.

Par la même occasion, Dr Bandar Hajjar a déclaré que les BMD peuvent jouer un rôle clé dans cette importante coalition de banques publiques de développement et qu'elles doivent saisir cette occasion unique d'être les catalyseurs de la "finance en commun".

Il dit que le sommet est opportun pour poser un diagnostic et convenir de l'orientation collective requise pour réaliser les ODD et atteindre les objectifs de l'accord de Paris.

Pour l'élaboration d’une vision commune, il exhorte les BPD à être prêtes à revoir leur discours sur le développement. "En tant que BPD, nous pouvons concevoir un modèle de développement global qui génère des solutions holistiques en impliquant diverses parties prenantes : secteurs public et privé, philanthropes et société civile".

Ce sommet est organisé en marge du Forum de Paris sur la paix qui réunit des dirigeants mondiaux et des experts de renommée internationale représentant divers secteurs pour prendre part à un dialogue ouvert, en étant unis dans la diversité car discutant de solutions plutôt que de problèmes.

Le 12 novembre, Dr Bandar Hajjar a assisté à la cérémonie officielle du Forum de Paris sur la paix, un évènement annuel qui en est à sa troisième édition et qui a réuni de nombreux chefs d'État, de gouvernement et d'organisations internationales pour convenir d’une riposte collective à la COVID-19 et définir les principes devant régir le monde après la pandémie.

Lors de la séance plénière du Sommet « Finance en commun » (FiCS) qui a suivi, Dr Hajjar regrette qu’en dépit des excellentes dispositions prises pour la tenue du sommet, le fait de ne pas pouvoir être réunis à Paris nous rappelle que la COVID-19 n'est pas encore derrière nous.

"En fait, la COVID-19 a exacerbé l'impact des changements et des défis nouveaux au niveau mondial. Et même si la menace de la pandémie n'épargne aucun de nous, elle a prouvé qu'il restait beaucoup à faire pour réussir une  résilience forte et une autonomisation économique", a-t-il déclaré.

"Je crois que le développement et la stabilité vont de pair et qu'ils ne peuvent être atteints si certains gagnent alors qu'une majorité perd. Cette coalition, que nous bâtissons aujourd'hui, arrive à point nommé dans la lutte pour améliorer la vie et les moyens de subsistance des plus vulnérables" a-t-il ajouté.

Dr Hajjar, l'un des signataires de la Déclaration sur la finance en commun, s’est dit satisfait de voir que ladite Déclaration a été signée par de nombreux partenaires, en l’occurrence d’autres BMD, avant d’ajouter "nous sommes le capital de départ pour lancer le plus grand fonds jamais créé, assorti de l'objectif le plus noble : autonomiser tous les humains, ne laisser personne à la traine et sauvegarder notre planète de manière durable".

Enfin, il conclut que les BMD, dotées d’une portée mondiale naturelle et du fait qu'elles représentent une multiplicité d’acteurs, seront, à n’en point douter, des partenaires clés pour mettre les marchés au service du développement. Il annonce que le groupe des BMD présentera incessamment dans une publication conjointe sa contribution à la réalisation des ODD.

Le sommet était organisé conjointement par la BID, l'IDFC et la WFDI, et piloté par l'AFD (Agence française de développement) en marge du Forum de Paris sur la paix, organisé chaque année par la France autour du multilatéralisme et de la paix.