Niamey, République du Niger, 9 janvier 2020: Le Fonds de Solidarité Islamique pour le Développement (le Fonds), l'entité de la Banque Islamique de Développement (BID) chargée de la lutte contre la pauvreté, le Gouvernement de la République du Niger et de nombreux partenaires internationaux se réunissent pour réinscrire 2,6 millions d'enfants à l'école d'ici 2030 C'est l'un des principaux objectifs d'un atelier sur les enfants non scolarisés organisé par le Fonds à Niamey, la capitale du Niger, les 8 et 9 janvier 2020..

Une étude de l'UNICEF de 2018 a estimé que la proportion d'enfants et de jeunes non scolarisés au Niger était de 53,2% en 2014, et que cette proportion augmente dans les zones rurales, atteignant 59,7% contre 20,1% dans les zones urbaines. Le district de Diffa est le plus touché, trois enfants sur quatre ne fréquentant pas l'école. Le plus grand défi pour une éducation de qualité en République du Niger est le manque d'accès à l'éducation, avec le pourcentage d'enfants et de jeunes âgés de 7 à 16 ans qui n'ont pas fréquenté l'école, selon l'étude, circa 88,5%.

Le Fonds a été créé au sein du Groupe de la Banque Islamique de Développement, avec un capital initial ciblé de 10 milliards de dollars menant la lutte contre la pauvreté dans les pays de l'Organisation pour la Coopération Islamique (OCI). Depuis la création du fonds en 2005, le Royaume d'Arabie Saoudite et la Banque islamique de développement ont contribué chacun un milliard de dollars, tandis que le gouvernement du Koweït a contribué 300 millions de dollars.

Pendant l’allocution d’ouverture de l'évènement, S.E. Président de la Banque Islamique de Développement, Dr. Bandar Hajjar, a déclaré : "C'est le défi auquel nous sommes confrontés, et pas seulement en République du Niger. La Banque mettra ses capacités morales et financières à contribution pour travailler avec le gouvernement nigérien et nos partenaires de développement afin d'assurer une éducation de qualité aux enfants non scolarisés." Il a ajouté : "Nos solutions pour surmonter le problème des enfants non scolarisés incluent l'utilisation de la science, de la technologie, de l'innovation et des partenariats avec des ONG, le monde universitaire et le secteur privé pour assurer une solution durable pour nos pays membres."

Pour sa part, Dr. Walid Al-Wohaib, Directeur Général du Fonds, a déclaré : "Une éducation de qualité est la meilleure et la plus durable solution durable à la lutte contre la pauvreté. Les interventions du Fonds visent à fournir des solutions durables. Pour cette raison, nous nous concentrons sur les enfants non scolarisés au Niger et dans le reste des pays membres pour garantir que Aucun enfant n'est laissé pour compte. Lors de l'assemblée annuelle de la BID à Marrakech, nous avons signé une déclaration avec nos partenaires de développement pour réinscrire 28 millions d'enfants à l'école d'ici 2030. " 

De hauts responsables gouvernementaux de la République du Niger et des représentants d'organisations internationales et régionales ont participé à l'atelier sur les enfants non scolarisés, notamment le Fonds «L'éducation ne peut pas attendre», la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Zakat House, la Banque Africaine de Développement et la Banque Mondiale, Education Above All Organisation, Forum de la jeunesse de l'OCI, Programme des Nations Unies pour le Développement, UNICEF, UNESCO, Spark, La Division britannique pour le développement international (DFID), Global Partnership for Education, Canada Plan, and Noor Pour le bien du monde, "Save the Children, la Commission de secours humanitaire, les droits de l'homme et les libertés, et l'Aide Directe.