Le modèle de financement innovant du Fonds LLF

Le fonds LLF offre un financement accessible pour des projets de développement social, en alliant les dons provenant des donateurs internationaux et régionaux à des ressources ordinaires en capital levés sur les marchés financiers, afin d’offrir un financement particulièrement concessionnel ciblant des sous-secteurs et projets dans des domaines jusque-là non couverts.

Pour le financement de projets dans les pays membres les moins avancés, le fonds LLF offre 35% du financement sous forme de subventions et 65% sous forme de financement sur les ressources ordinaires en capital (ROC) de la BID, ces deux composants étant indivisibles. Étant donné que les règles du FMI permettent aux pays à revenu intermédiaire inférieur d'emprunter aux taux du marché, le Fonds offre des financements consistant en une subvention à hauteur de 10% et d’un financement ordinaire en capital BID de 90%. Cette modalité rend les prêts considérablement moins chers pour les pays bénéficiaires.

En combinant les subventions des donateurs avec les capitaux de marché, le fonds LLF peut mettre à la disposition des pays jusqu’à 2,5 milliards USD en ressources financières pour des projets de développement essentiels exclus des financements traditionnels, mais qui apportent des bénéfices économiques et sociaux substantiels à long terme.

La combinaison permet de mettre à disposition des ressources concessionnelles bien plus importantes pour le financement de projets de développement social dans les zones géographiques qui en ont le plus besoin. Le caractère concessionnel a un effet de levier permettant de cibler les principaux vecteurs de pauvreté dans les pays bénéficiaires.

Le fonds travaille dans le cadre de la politique de viabilité de la dette du FMI, qui tient compte de la situation financière de chaque pays. Ce cadre régit l'emprunt des pays à faible revenu d'une manière qui corresponde à leurs besoins de financement et à leur capacité actuelle et future à rembourser leurs dettes.   

Le fonds LLF permet à la BID de décupler sa capacité à offrir aux pays membres les moins avancés, en priorité, des ressources fortement concessionnelles pour le financement de projets à fort impact qui aideront des millions de personnes à s’extraire de la pauvreté.